Le Faucon crécerellette


L’espèce :

Faucon crécerellette, Falco naumanni

Le Faucon crécerellette est un petit rapace migrateur qui se nourrit essentiellement d’invertébrés (insectes, scolopendres, etc…). Il niche en France sur la bordure Méditerranéenne mais aussi dans les départements de l’Hérault et de l’Aude. On le distingue du Faucon crécerelle par sa plus petite taille et ses ongles blancs.

Il se reproduit en colonie. Généralement, il niche sous les toitures ou dans les trous de mur. Fin Septembre, les Faucons crécerellettes se rassemblent en dortoirs afin de partir en migration vers l’Afrique de l’ouest. Début Mars, les Faucons crécerellettes repartent vers le Nord. Ils arriveront alors en France après un voyage de 3000 kilomètres.

Statut

Ce Faucon a faillit disparaître de France. Au début des années 1980, on comptait moins d’une dizaine de couples reproducteurs.

Un programme LIFE transfert Européen a été mis en œuvre en 2006. Un des objectifs de ce programme était alors de créer le premier centre de reproduction en captivité du Faucon crécerellette en France. Il devait servir à fournir des poussins pour les futures opérations de réintroduction.

Nous avons été chargés de cette mission qui s’est effectuée en collaboration avec un centre Espagnol, le DEMA. Ce dernier nous a grandement aidé quant à la conception des locaux et nous a transmis généreusement ses connaissances.

Ainsi, des travaux ont été entrepris dès 2005. Une volière collective appelée « Nucléo » a été créée. Elle est équipée de seize nichoirs contrôlables de l’extérieur. Un sas d’observation permet une surveillance quotidienne. Un local d’incubation et d’élevage a aussi été créé et nous avons acheté des équipements (couveuses, éleveuses, et appareillages de contrôle).

Les premiers Faucons que nous avons reçus étaient issus d’une saisie à l’aéroport de Roissy. Ce n’est qu’à partir du lancement du programme Européen que le pôle reproducteur s’étoffe, à partir d’oiseaux cédés.

 

Généralités sur la reproduction en captivité

Le Faucon crécerellette atteint sa maturité sexuelle dès l’âge d’un an. La première année de reproduction est peu efficace du fait d’un manque certain d’expérience. Le meilleure période pour la reproduction se situe entre la 2ème et la 6ème année. En captivité, il vit en général une dizaine d’années. La femelle pond entre 4 et 6 oeufs, qui sont incubés environ 28 jours. Les jeunes resteront ensuite au nid 40 à 50 jours.

Les couples peuvent rester identiques plusieurs années, mais il n’est pas rare qu’ils changent d’une année à l’autre.

 

Déroulement de la saison de reproduction

Les oiseaux destinés à la reproduction sont identifiés : origine, sexe, âge, antécédents… Puis sélectionnés avant chaque période de reproduction. Un contrôle sanitaire, recherche bactériologique et parasitologique, est effectué.

L’ensemble des individus dans le nucléo est observé régulièrement. Cela permet d’identifier les différents couples formés et leur comportement.

Un suivi journalier des nichoirs et de leur contenu est effectué. Ils sont accessibles sans déranger les couples, par les couloirs ceinturant le nucléo. D’autre part, cela permet d’observer les pontes mais aussi de prélever les œufs pour les placer en incubateur. Ce prélèvement permet d’augmenter la production d’oeufs en faisant croire à la femelle que la ponte est incomplète.

Par la suite, les jeunes nés en incubateur sont réinstallés dans les nichoirs déjà occupés en trompant la vigilance des parents, ou bien élevés à la main si les parents rencontrent des difficultés.

La première sortie des nichoirs pour les jeunes a lieu dans la 4ème semaine de Juin. Les jeunes destinés à être relâchés dans la nature sont transférés au taquet (lieu aménagé de relâché) à 21 jours. Cette opération s’effectue en collaboration avec la LPO Aude.

A ce jour, 69 poussins sont nés au CRSFSC et 37 ont pu être relâchés.

Aujourd’hui

Depuis 2011, le ministère a stoppé le projet LIFE crécerellette et avec lui la subvention qui nous permettait financièrement de nous en occuper. Nous avons donc gardé le Nucléo avec les couples reproducteurs puisqu’il nous était formellement interdit de continuer les relâchers.

Nous avons été autorisés à vendre les jeunes restants à des structures capacitaires. Cependant, nous n’avons pas pu placer les reproducteurs. Nous nous sommes donc occupés d’eux (physiquement, et financièrement) des années sans aucune aide ni subvention.

En 2013, nous avons pu prêter nos reproducteurs pour un nouveau programme LIFE. Le projet visait à repeupler une zone dans les Alpilles. Cette collaboration avec l’ONG « Rocha » a duré quelques années.

Enfin, c’est seulement en Mars 2019 que les derniers reproducteurs ont été transférés à Torreferrussa, un centre de reproduction à Barcelonne.

 

Vous pouvez adhérer à notre association :