J’ai trouvé des jeunes ou des oeufs


Avant toute chose l’idéal est de contacter un Centre de Sauvegarde.

Vous trouverez ici la liste et la carte des centres de l’UFCS, et ici ceux du Réseau des centres de soins. D’autres centres existent et vous pouvez faire une recherche localement.

Le centre vous donnera toutes les directives et si l’animal est réellement en danger, les règles de contention et de manipulation vous seront expliquées.

La loi interdit aux particuliers de garder un animal sauvage d’espèce protégée ou non. Elle tolère cependant un rapatriement vers un centre de soins agréé après prise de contact.


Voici tout de même quelques règles simples si l’on ne vous répond pas immédiatement :

Ne donnez rien (nourriture, eau, médicament..) à l’animal. Une erreur de nourrissage pourrait lui être fatal. Chaque espèce boit un lait spécifique. Donner du lait de vache tuer les jeunes, surtout les Hérissons. Mieux vaut sauter un repas plutôt que d’empoisonner un jeune.

Les animaux sauvages ont peur des humains même s’ils ne réagissent pas et peuvent vous sembler rassurés par votre présence. Mieux vaut éviter au maximum tous les contacts pour limiter leur stress et ne pas agraver leurs blessures. Tous les animaux peuvent mourir d’une crise cardiaque !

Avant toute manipulation, posez-vous ces questions :

  • De quelle espèce s’agit-il ?
  • Sont-ils vraiment en danger ?
  • Les parents sont-ils encore présents ? Sont-ils morts ?

Retirer les œufs, une couvée ou une portée d’un couple, alors qu’il n’y a pas de danger, limite leur chance de survie. L’élevage naturel est forcément privilégié puisque beaucoup plus efficace et meilleur pour les jeunes.


Si le jeune ou les oeufs sont en détresse évidente (prédation, blessure, parents morts proche des petits…) voici quelques gestes à faire :

Retirez l’animal hors du danger, réchauffez-le dans un linge avec une bouillote. À défaut vous pouvez enrouler une bouteille d’eau chaude dans un torchon. Contactez tout de même un centre au plus vite. Déposez-le dans un carton percé de quelques trous, avec une serviette ou un vieux linge non troué/effiloché sur le fond. Vous pouvez aussi le placer dans une caisse à chat ou chien type Vari kennel s’il est suscptible de s’échapper ou de trouer le carton.

Si votre découverte est hors des horaires d’ouverture des centres de soins, alors laissez l’animal dans son carton ou sa boîte pour la nuit. Mettez-le dans une pièce au calme, sans le manipuler ni l’exhiber. Contactez ensuite au plus vite un centre ouvert le lendemain.


Merci à l’Association des Naturalistes d’Ariège (ANA) pour les illustrations !